Bureaux : quelle stratégie immobilière pour les entreprises ?

Bureaux : quelle stratégie immobilière pour les entreprises ?

La rationalisation des coûts et l’amélioration des conditions de travail des salariés font partie des critères déterminants dans la stratégie immobilière des grandes entreprises. Elles sont également sensibles au développement durable et cherchent à développer le Flex Office.

Présentée lors du dernier SIMI, la 7e édition  de l’enquête « User Insight 2016 », réalisée par BNP Paribas Real Estate, dresse un état de la situation immobilière des utilisateurs de bureaux et donne une vision prospective de leur stratégie immobilière, leurs attentes et leurs projets.

Des utilisateurs globalement satisfaits de leurs bureaux

Interrogés sur leur  degré de satisfaction de leurs locaux, les utilisateurs apprécient  majoritairement leur situation immobilière :

  • 87 % sont satisfaits.
  • 29 % sont très satisfaits.
  • 10 % sont insatisfaits en raison notamment de locaux anciens et énergivores.

Véritable photographie de l’immobilier d’entreprise, User Insight est devenu un outil de référence et de réflexion pour les acteurs de l’immobilier tertiaire. La rationalisation des coûts par la rationalisation des sites, la flexibilité des engagements locatifs et la réalisation de travaux, notamment énergétiques sont des objectifs prioritaires ».

Sylvain Hasse, Directeur Corporate Services de BNP Paribas Real Estate

Maîtriser les coûts d’exploitation est essentiel

A la recherche d’une meilleure compétitivité, les entreprises mettent comme critère prédominant, à 95 %, la maîtrise des coûts d’exploitation. Dans la perspective d’un déménagement, le critère prioritaire est la rationalisation des coûts pour 61 % des utilisateurs et l’amélioration des conditions de travail des salariés pour 53 %. Le regroupement de plusieurs sites reste un critère sollicité par les grandes entreprises.

Développer l’éco-entreprise n'est pas une priorité pour les PME

Le développement durable est plus affirmé dans les grandes entreprises que dans les PME. Mais l’un des freins au smart building est le coût financier :

  • 44 % des utilisateurs envisagent un effort financier.
  • 11 % seulement de manière sûre.

Accroître les nouveaux modes de travail

Les modes d’organisation évoluent et les résultats de l’étude confirment que le télétravail et le nomadisme sont déjà des pratiques répandues :

  • 44 % des entreprises ont des collaborateurs en télétravail, 1 à 2 jours / semaine.
  • 26 % pratiquent le Flex Office pour les collaborateurs nomades qui se voient seulement garantir une place assise, changeant ainsi régulièrement de collègues, d’étages…

Bon à savoir

L’emplacement des bureaux de l’entreprise dans ses stratégies d’image et d’attraction des talents continuent de jouer un rôle majeur pour 79 % des décideurs qui n’hésitent pas à en faire un élément de conviction lors de recrutement.

La rédaction vous conseille :