De nouveaux bureaux pour améliorer le bien-être et la productivité des salariés

De nouveaux bureaux pour améliorer le bien-être et la productivité des salariés
partage(s)

Si les espaces de travail ouverts se développent depuis plusieurs années, certains professionnels de l’immobilier tentent de pallier les inconvénients de ces locaux en aménageant des espaces propices à la concentration et à la productivité des salariés.

L'innovation chez les professionnels de l'immobilier

Proximité trop importante, bruits, distractions... Autant de freins à la concentration et au confort de travail des salariés causés par les aménagements en open space. Ce constat signé Steelcase, fabricant d'équipements de bureaux, est à l'origine du projet de l'entreprise américaine de concevoir des postes de travail individuels avec un fauteuil au dossier surélevé pour permettre de s’isoler du regard des autres. Ces fauteuils, qui seront commercialisés en 2016, sont également dotés d’un voyant lumineux permettant de signifier son souhait de rester au calme durant 15 minutes.

Nous proposons également des espaces permettant aux salariés de travailler debout, en se déplaçant, sans forcément utiliser d’outils numériques, en écrivant sur des post-it, face à des collègues, pour stimuler la créativité ».

Catherine Gall, directrice de la recherche chez Steelcase.

Mais l’aménagement des espaces de travail n’est pas la seule façon de renforcer le bien-être et la productivité des salariés. Une des autres alternatives étudiés par les professionnels de l’immobilier est l'introduction d'espaces verts dans les environnements de travail. Comme l’explique Hortense Serret, docteur en écologie, « 10 % des absences des employés peuvent être attribuées à une architecture sans aucune connexion avec la nature ». Ainsi, de plus en plus d'entreprises n’hésitent plus à introduire de la végétation sur les lieux de travail, à l’image de Bouygues, dont les bureaux du siège disposent de bacs dans lesquels poussent des plantes aromatiques et des fraisiers.

Entre stress et sollicitations, les cadres sont « perpétuellement connectés »

Le stress au travail s’amplifie chez les cadres, ce qui s’explique notamment par le fait qu’ils sont de plus en plus sédentaires et énormément sollicités par les nouvelles technologies. En effet, Catherine Gall explique à l’AFP que les cadres sont « perpétuellement connectés » et qu’ils ont « des journées marathon qui s’allongent de plus en plus, où l’on répond à ses mails très tôt le matin et jusque tard le soir, chez soi. ».

Les cadres reçoivent un volume d’informations numériques qui double tous les 4 ans, cela conduit à la saturation ».

Yves Le Bihan, président de l’institut du leadership positif.

Le bien-être du salarié au centre des préoccupations

Et la démocratisation de l’open space n’améliore pas les conditions de travail de ces salariés déjà surchargés puisqu’ils se retrouvent contraints de travailler dans un environnement souvent bruyant qui peut engendrer de la déconcentration et donc une baisse de productivité. C’est ce constat qui a amené les professionnels de l’immobilier à réagir en adaptant les espaces de travail. Mais le Dr Florence Bénichoux, dirigeante de la société Better Human, une agence de conseil en capital humain, émet tout de même quelques réserves.

Les professionnels de l'immobilier s’occupent plus des murs que du facteur humain dans l’environnement de travail ».

Florence Bénichoux, dirigeante de Better Human, agence de conseil en capital humain.

Et même si de nombreuses entreprises renforcent le confort de leurs salariés par la mise à disposition de services complémentaires (salle de sport, conciergerie, sophrologie...), elle estime que « tout cela c’est de la qualité de vie hors travail ». Toujours selon Florence Bénichoux, ce qui compte c’est « le bien-être au travail : se sentir en sécurité, serein dans ses relations et son environnement, avoir de l’autonomie dans son organisation… ».

Les points-clés à retenir

  • Les salariés heureux sont 2 fois moins malades.
  • Ils sont également 6 fois moins absents.
  • Le bien-être au travail rend les salariés 31 % plus productifs.
  • Le manque d’engagement des salariés représente 51 milliards d’€ de pertes annuelles (Institut Gallup).

La rédaction vous conseille :