Espaces collaboratifs de travail : un concept parisien plus que francilien

Espaces collaboratifs de travail : un concept parisien plus que francilien
partage(s)

Coworking, télétravail, ateliers partagés, tout le monde en parle mais une enquête de la Chambre de commerce et d’industrie de Paris–Île-de-France révèle que la région regroupe seulement 138 tiers-lieux collaboratifs, dont plus de la moitié dans Paris intra-muros.

Les tiers-lieux de travail, une alternative au domicile

La notion de tiers-lieu désigne un espace de travail autre que le bureau ou le domicile, dans lequel on peut travailler de façon permanente ou occasionnelle, seul ou ensemble, sans appartenir forcément à la même entreprise. Le tiers-lieu propose des salles de réunion, des équipements informatiques, une connexion Internet... Les offres sont flexibles, la location d’un poste de travail pouvant se faire à l’heure, à la semaine voire à l’année. Il existe 4 grandes catégories de tiers-lieux :

  • Les centres d’affaires sont historiquement les premiers tiers-lieux professionnels proposant bureaux équipés, salles de réunion et autres services (domiciliation de société, accueil téléphonique, secrétariat... Les principaux acteurs sont Régus, Servcorp, Atéac…
  • Les télécentres sont des bureaux de proximité qui hébergent des télétravailleurs permanents, implantés en zones rurales ou périurbaines, afin de réduire leur temps de transport.
  • Les espaces de coworking sont des espaces partagés, urbains, où se mêlent travailleurs indépendants, créateurs d’entreprises, start-up... Le but est de favoriser un état d’esprit collaboratif et d’échanges pour créer des synergies d’affaires.
  • Les ateliers partagés sont des lieux urbains, associatifs, liés parfois à des universités ou des centres de recherche et qui sont destinés à la conception d’objets.

Bon à savoir

Ces différents modèles peuvent se mixer pour ne pas limiter l’usage à un seul type de public. À titre d’exemple, la structure ICI Montreuil est à la fois un espace de coworking, un « fab lab », laboratoire de fabrication d'objets et un makerspace, espace de production ouvert aux artistes et artisans.

Les espaces collaboratifs sont encore méconnus des entreprises

Alors que tout le monde est conscient de l’engorgement des transports à l’heure de pointe, du stress et de la perte de temps générée par les embouteillages, 18 % seulement des chefs d’entreprise en Île-de-France ont mis en place des actions pour aider leurs salariés dans leurs déplacements. Méconnus, les tiers-lieux n'attirent pas les entreprises pour plusieurs raisons :

  • Dans certaines sociétés, les processus sont insuffisamment dématérialisés et/ou la culture managériale privilégie la présence des salariés plutôt que le management par objectifs.
  • Des craintes existent par rapport à la sécurité et la confidentialité des données de l’entreprise.
  • Les coûts de la location sont parfois handicapants par rapport au télétravail.

Les gares d’Île-de-France, un potentiel de développement

Le métro Grand Paris Express concernera 72 gares en réseau et accueillera davantage de voyageurs, ce qui demandera encore plus de services en attente d’un train, en cas de retard... Gares et Connexions, filiale de la SNCF, envisage d'ailleurs de mailler le territoire francilien et d’y développer des tiers-lieux réservables par le biais de la SNCF.

Bon à savoir

Les gares franciliennes sont des lieux stratégiques où 3 millions de voyageurs transitent chaque jour, dont 95 % d'actifs.

Le travail à distance, un gain pour les entreprises

Une étude réalisée en Seine-et-Marne montre qu’un poste de travail dans un tiers-lieu coûte de 1,5 à 2 fois moins cher qu’un poste permanent dans l’entreprise. Une donnée qui pousse certaines entreprises à engager une réflexion sur leur stratégie immobilière et l'organisation du travail. Outre des économies budgétaires, le télétravail, à raison d'un ou deux jours par semaine, peut permettre de limiter le stress et l’absentéisme tout en augmentant l’efficacité et la productivité des salariés. Selon une étude de Greenworking, l’augmentation de la productivité est de 5 à 30 % selon les entreprises, les fonctions…et conduit à un gain moyen de productivité en télétravail de 22 %.

Beaucoup de sociétés y pensent dans le cadre d'une politique globale de flex office. À l’occasion d’un déménagement, l’entreprise peut réduire sa surface de bureaux mais en échange proposer à ses salariés le télétravail à domicile ou en tiers-lieu ».

Aurélie Deudon, LBMG Worklabs

La rédaction vous conseille: