L’immobilier au cœur de la stratégie des entreprises !

L’immobilier au cœur de la stratégie des entreprises !

La valeur d’usage des immeubles de bureaux devient un élément prépondérant de la stratégie des entreprises. Les bureaux doivent rimer avec flexibilité, agilité, espaces collaboratifs pour enrichir la performance des salariés et de l’entreprise.

L'immobilier d'entreprise en pleine mutation

Au début du XXIe siècle, l’immobilier, pour une entreprise, était encore perçu uniquement comme un coût financier et le déménagement ou l’agrandissement de l’entreprise ne relevait que du directeur financier. Depuis une bonne dizaine d’années, si ce dernier a toujours son mot à dire, la décision est prise avec la collaboration de la direction des ressources humaines. Le collaborateur devient en effet le premier prescripteur de ses espaces de travail. Toutes les études le confirment pour recruter et garder les talents, mais aussi pour accroître leur performance et leur compétence, les entreprises doivent repenser les lieux, les modes de travail.

Les nouveaux codes de l’immobilier de bureau

Il ne suffit plus d’une adresse et d’un bureau pour recruter un salarié dans une grande entreprise. Selon une étude réalisée par Cushman & Wakefield, les codes de l’immeuble de bureaux convergent désormais avec ceux du commerce et de l’hôtellerie. Les bureaux s’orientent vers une offre « servicielle » avec un accueil soigné, une personnalisation des espaces selon les moments de la journée, des espaces de bien-être, des services de conciergerie pour gagner du temps. Dès lors, la valeur de l’immobilier n’est plus dans les murs mais réside dans la vie à l’intérieur des murs. Et la valeur d’usage s’affirme comme un élément prépondérant.

Aujourd'hui, 85 % des entreprises considèrent les espaces de travail comme un outil de rétention des talents, c'est dire l'importance de ce sujet dans les réfléxions des grandes entreprises ».

Céline Buchart, Cushman & Wakefield

L’immobilier, créateur de valeur

La sédentarité, la hiérarchie verticale et la stratégie fondée uniquement sur les coûts semblent relever d’un « ancien » monde, tout du moins pour certaines grandes entreprises. L’avènement d’un nouveau modèle d’entreprise, lié aux nouvelles technologies et aux nouvelles méthodes de travail, est en marche avec des nouvelles priorités basées sur le relationnel. Aussi, la fonction du bureau suit cette évolution pour devenir de plus en plus un lieu de rencontre et de collaboration.

priorite_travail_entreprises
Le relationnel et le collaboratif, deux tendances fortes du travail dans les entreprises © Cuhsman & Wakefield

L’impact du plan de déplacement des entreprises (PDE)

Depuis le 1er janvier 2018, tout site regroupant plus de 100 salariés doit disposer de son plan de déplacement des entreprises (tiers lieux, horaires décalés, covoiturage, encouragement aux transports en commun…). Ce PDE a pour but d’optimiser les déplacements liés à l’activité de la structure de l’entreprise afin de réduire son empreinte carbone. Un plan qui va impacter le choix et l’organisation spatiale des entreprises dans les agglomérations.

mobilite_plan_deplacements_entreprises
Le plan des déplacements d'entreprises, une obligation pour les entreprises de plus de 100 salariés.

Remettre l’humain au centre du travail

Permettre au collaborateur de travailler partout, de flexibiliser ses horaires et d’augmenter sa productivité, en un mot être agile dans un contexte de bien-être au travail. Cela passe par un choix du lieu de travail avec le « e-working » au bureau, à la maison, dans un café, un centre de coworking. Mais aussi par la diversité des types d’espaces au bureau : openspaces, bulles, lieux d’isolation phonique, salles créatives, immersives, de détente, de sport…

Nous sommes dans une période très intéressante où l’immobilier n’est plus seulement vu comme un coût mais comme un levier de la performance des entreprises. Cette révolution culturelle est en marche, le chemin sera long… trois quart des salariés en France n’ont jamais travaillé en dehors de leur bureau ».

Magali Marton, directrice des Etudes France chez Cushman & Wakefield.