Les bureaux bien aménagés augmentent l'efficacité des cadres franciliens

Les bureaux bien aménagés augmentent l'efficacité des cadres franciliens
partage(s)

La seconde édition de l’étude Paris WorkPlace 2015  révèle les attentes des salariés et les phénomènes générationnels. Elle montre, par ailleur,s que des bureaux bien aménagés contribuent à la performance de l’entreprise et sont une arme pour attirer et retenir de jeunes talents.

La Société Foncière Lyonnaise vient de présenter les conclusions d’un baromètre réalisé par l’Ifop sur les attentes des cadres franciliens vis-à-vis de leur lieu de travail. L’échantillon porte sur 1 000 cadres travaillant dans des entreprises du secteur privé comptant plus de 50 salariés. L’Ifop a mis au point un indicateur, le Workplace Index, qui mesure la satisfaction globale des cadres vis-à-vis de leurs bureaux, par territoire, à partir de 28 critères répondant à quatre items :

  1. Localisation et quartier : sentiment de sécurité dans le quartier, temps de trajet, accessibilité en transports en commun, présence de commerces, de restaurants…
  2. Qualité du bâtiment : hall d’accueil, luminosité, circulation entre les services, qualité de l’architecture, performance environnementale
  3. Aménagement : confort sur le lieu de travail, qualité des salles de réunion, espaces de convivialité, adaptation au travail nomade…
  4. Qualité des services proposés : présence d’un parking, d’un restaurant d’entreprise, présence d’un auditorium/business center, d'une conciergerie, d’une crèche, de salles de sport…

Bon à savoir

La boucle Sud (Boulogne, Issy-les-Moulineaux, Meudon, Sèvres, Saint-Cloud) occupe la deuxième place, suivie par Paris Rive Gauche (5,6,7,12,13,14 et le 15e arrondissement), puis ex aequo, la Défense et la couronne Est.

Paris Centre-Ouest est le grand gagnant de l'étude

Paris Centre Ouest, qui regroupe les 1,2,8,9,16 et le 17e arrondissement, arrive en tête du classement des quartiers préférés des cadres. Trois grandes raisons sont évoquées :

  1. 74 % plébiscitent un quartier où il fait bon vivre
    La qualité du cadre de vie avec ses espaces verts, la propreté et l'animation du quartier, mais aussi ses commodités en commerces, restaurants sont appréciés par les cadres (86 %). De même la sécurité de ces quartiers est jugée satisfaisante (88 %) voire très satisfaisante (43 %).
  2. 91 % jugent le quartier facile d’accès
    Métros, RER, bus rendent ces quartiers particulièrement facile d’accès en transports en commun. Par ailleurs, le temps de trajet domicile-travail donne également satisfaction. Les cadres qui travaillent dans Paris gagnent 8 mn de trajet sur ceux qui sont en dehors, soit une économie de 30 heures par an. Ce qui correspond à 4 jours de travail.
  3. 90 % trouvent le quartier « idéal » pour les affaires
    La proximité géographique avec leurs clients ou leurs confrères est apprécié. Par ailleurs, 65 % des cadres de Paris Centre Ouest estiment que leurs bureaux ont un impact positif sur la performance de leur entreprise. Un score 4 fois mieux que dans d’autres quartiers parisiens et 10 fois mieux que dans les départements de la petite couronne.

L’impact du bureau sur la performance au travail

Avoir un bureau de qualité n’est pas seulement un « bonus » qui agrémente la vie quotidienne. Les cadres y voient  aussi un facteur qui impacte leur efficacité et leur motivation au travail. A l’inverse, le bureau peut être une vraie source de démobilisation des salariés : 20 % des cadres pensent que leurs locaux ont une influence négative sur leur fierté et leur sentiment d’être valorisé. Plus édifiant encore, 19 % d’entre eux estiment que leur bureau est un handicap pour leur entreprise au niveau du recrutement et de la fidélisation.

 Le jugement sur les bureaux est un formidable baromètre social. En effet, un cadre insatisfait dans ses bureaux est le plus souvent malheureux au travail. Ceux qui se déclarent très insatisfaits donnent une note de 4 sur 10 à leur bien-être au travail, bien en dessous de la moyenne générale se situant à près de 7 sur 10 ».

Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l’Ifop

Un levier pour attirer de jeunes talents

La génération Y, exigeante vis- à- vis de son contexte professionnel, est aussi la plus sensible à la qualité des bureaux. Aussi, pour les entreprises qui recrutent de jeunes talents, il est désormais impossible de faire l’impasse sur la question du lieu de travail. Cette génération de 20 à 29 ans se dit aussi la plus heureuse au travail : 82 % sont satisfaits. En revanche, elle est peu friande de flexibilité d’horaires aménageables. Jeunes cadres sans enfant, ils conçoivent davantage cette flexibilité au sein d’une journée comme sortir pour passer un appel téléphonique personnel ou pour aller faire un achat.

Bon à savoir

 Le bien-être au travail passe aussi par la rémunération. L’étude montre qu’il existe une relation proportionnelle entre le niveau de rémunération et la note de bien-être. Celle-ci va de 6,5 sur 10 pour les cadres gagnant 40 K€ à plus de 7,5 pour un salaire de plus de 100 K€.

Téléchargez l'étude complète Paris Workplace 2015