Les labels traduisent un fort intérêt pour les économies d’énergie

Les labels traduisent un fort intérêt pour les économies d’énergie
partage(s)

Les bureaux énergivores ne font plus recette. Flambant neufs ou entièrement rénovés, les immeubles tertiaires sont dotés de labels de performance, français mais aussi suisses ou allemands, témoignages d’économies d’énergie.

Le Grenelle de l’Environnement a sensibilisé les utilisateurs comme les investisseurs à réduire les gaz à effet de serre et à être plus performants économiquement parlant, le poste consommation d’énergie étant un poste important pour les entreprises. La règlementation imposée par la loi est bien évidemment de mise mais les labels permettent d’aller au-delà. CBRE met en parallèle les trois types de labels énergétiques les plus présents sur le marché hexagonal, français mais aussi suisse ou allemand : HPE, Minergie et Passivhauss.  

Les labels s’adressent aux maîtres d’ouvrages publics ou privés qui souhaitent faire reconnaître les performances énergétiques de leur bâtiment et attester qu’elles vont au-delà des règlementations en vigueur ».

Ludovic Chambe, Responsable Développement Durable chez CBRE France

1. Les labels HPE français

Les labels Haute Performance Energétique, (HPE), sont largement répandus sur tout le territoire : plus de 500 immeubles de bureaux ont été labellisés, ces dernières années, dont plus d’un quart en Ile-de-France. Dans le neuf, le label BBC a été très présent jusqu’à l’arrivée de la RT 2012 qui exige une consommation inférieure en moyenne à 50 kWh/m²/an. Le label BBC Rénovation est toujours applicable apportant une réduction de 40 % des consommations conventionnelles. Les labels Effinergie+ et BEPOS Effinergie lancés en 2013 présage de prochaines règlementations 2020  évoluant vers un bâtiment responsable.

  • 10 700 €, le coût approximatif pour labelliser 10 000 m².

2. Minergie, le label suisse

Le label Minergie applicable aux bâtiments neufs ou anciens existe depuis 2 000. A ce jour 39 opérations sont certifiées dont 3 en Ile-de-France. L’indice énergétique ne doit pas dépasser 38 kWh/m²/an dans le neuf et 60 kWh/m²/an dans la rénovation.

  • 23 000 € est le coût approximatif du label Minergie pour 10 000 m².

3. Passivhauss, le label allemand

Ce label est né en Allemagne au début des années 2 000 mais est présent en France, depuis 2007. A ce jour, 18 opérations sont certifiées dont 3 en Ile-de-France. Dans les opérations neuves, la consommation du bâtiment est inférieure à 15 kWh/m²/ an en chauffage et à 120 kWh/m²/an en énergie primaire. Pour la rénovation, la consommation en chauffage est portée à 25 kWh/m²/an.

  • 6 000 € est le coût approximatif du label Passivhauss pour 10 000 m².

Bon à savoir 

Ces trois labels vont inévitablement évoluer avec les nouvelles règlementations thermiques qui se profilent. La performance écologique du bâtiment sera prise en compte tout comme l’énergie grise qui correspond à l’énergie dépensée de la phase de la conception d’un produit à son recyclage ou à sa destruction.

La rédaction vous conseille :