Les moutons s’invitent au bureau !

Les moutons remplacent ponctuellement la tondeuse jugée peu écologique. ©Foncière des Régions
partage(s)

Privilégier la nature en ville avec des murs végétalisés, avec des moutons faisant office de tondeuse et favoriser la biodiversité pour le bien-être des utilisateurs de bureau, tel est le concept du label BiodiverCity expérimenté sur le site pilote « Carré Suffren » à Paris.

Les moutons comme tondeuse à gazon !

Les moutons servaient déjà de tondeuses dans les jardins du programme de logements « Lugdunum » à Lyon, sur la colline de Fourvières. Désormais, c’est à Paris, en plein coeur du 15e arrondissement, que les moutons pâturent mais dans les jardins d’un immeuble de bureaux, le « Carré Suffren ». Au-delà de l’anecdote, cet appel aux ovidés s’inscrit dans l’approche du label BiodiverCity.

Le label BiodiverCity, comment çà marche ?

Reposant sur une approche innovante qui associe vivant et construction, le label vise à promouvoir la conception et la construction d’une nouvelle typologie de bâtiments qui donnent une place importante à la nature en ville.  Il complète les certifications internationales que sont BREEAM, LEED et HQE et rend plus lisible et comparable la qualité de la prise en compte des enjeux de biodiversité. Quatre grands axes sont évalués :

  • La stratégie biodiversité.
  • Le projet et l’architecture écologique.
  • Le potentiel écologique du projet par rapport à son contexte.
  • Les services rendus pour le bien-être des usagers.

Bon à savoir

 L’évaluation de la conformité du projet immobilier au label est réalisée par un organisme indépendant et donne lieu à une note composée des quatre items.

Carré Suffren : premier site de bureaux gérés labellisé BiodiverCity

Les 2 000 m² d’espaces verts existants accolés aux 25 000 m² de bureaux rénovés en 2009 ont été repensés avec un écologue fin 2015-début 2016 et baptisés « Jardins vivants » afin de mieux accueillir et préserver la biodiversité sur ce site détenu par la Foncière des Régions. Le projet « Jardins vivants » a privilégié les végétaux indigènes réclamant peu d’eau et favorisant la vie d’une faune plus variée, la création d’un mur végétalisé, la pose de nichoirs à oiseaux… Il s’avère vertueux à plus d’un titre :

  • aucun produit phytosanitaire pour l’entretien.
  • aucun recours à la tondeuse mais utilisation de moutons.
  • réduction de la consommation d’eau.
  • réduction de la production de déchets et des émissions carbone.

Bon à savoir

La biodiversité fait partie intégrante de la stratégie Responsabilité Sociétale de l’Entreprise (RSE) de Foncière des Régions. La société s’est d’ailleurs fixée comme objectif à l’horizon 2020 d’obtenir ce label sur l’ensemble de ses immeubles en gestion issus de nouveaux développements.

La rédaction vous conseille :