A quoi ressemble la vie au bureau en 2015 ?

Les relations entre collègues font parties des fondamentaux de la qualité de vie au travail. ©Fotolia
partage(s)

L’Open space reste minoritaire, la relation avec les collègues contribue à la qualité du travail, l’aménagement des bureaux a un impact sur l’efficacité des salariés. Telles sont les tendances ressortant du baromètre Actineo sur la qualité de vie au bureau. Mais les salariés ont néanmoins des revendications.

L’Observatoire de la qualité de vie au bureau, Actinéo, publie une nouvelle édition de son Baromètre 2015. Celui-ci a été réalisé en septembre auprès de 1 204 actifs travaillant dans un bureau.

Les bureaux en Open space restent minoritaires dans les entreprises

L’Open space, à savoir un espace collectif ouvert d’au moins 4 personnes, dont on pouvait attendre une percée dans l’hexagone, reste minoritaire. Le bureau individuel fait de la résistance notamment chez les dirigeants des très petites entreprises (TPE):

  • 73 % des actifs français travaillent en bureau fermé
  • 39 % en bureau collectif, de 2 à 4 personnes

Bon à savoir

Même les grandes entreprises, de 250 salariés et plus, ne s’y sont pas converties puisque seuls 6 % des actifs travaillent dans un Open space de plus de 20 personnes.

La qualité de vie au travail, un critère prépondérant

Même si elle accuse une légère baisse par rapport aux résultats du Baromètre de 2013, la qualité de vie au travail reste un critère primordial pour 41 % des actifs (contre 45 % en 2013) et se situe juste après l’intérêt du travail. Trois critères constituent le socle de la qualité au travail :

  1. Les relations avec les collègues (71 %).
  2. L’espace travail (38 %).
  3. La qualité de l’aménagement de bureau (20 %).

Bon à savoir

La qualité de vie au travail dépasse l’intérêt montré par le niveau de rémunération (34 %), la localisation géographique du travail (28 %), les responsabilités (16 %).

L’espace de travail influe sur l’efficacité et la motivation des salariés

L’aménagement des bureaux est presque unanimement (88 % à 92 %) cité comme facteur de bien-être, d’efficacité et de motivation, en forte progression, de l’ordre de 10 points par rapport au Baromètre 2011. En matière d’efficacité, l’espace de travail tel qu’il est actuellement, s’adapte aux besoins et aux situations des collaborateurs :

  • 77 % le jugent satisfaisant pour travailler individuellement.
  • 71 % pour se concentrer.
  • 67 % pour se réunir.

Bon à savoir

En revanche, par rapport à 2011, la situation se dégrade sur la possibilité de s’isoler (52 % vs 60 %), de se restaurer (52 % vs 67 %), ou de se détendre (44 % vs 56 %).

Des salariés toujours plus exigeants 

Une majorité d’actifs (61 %) considère que l’entreprise accorde juste assez d’importance à l’aménagement de l’espace travail, 35 % estiment que leur entreprise n’y accorde pas assez d’importance, les plus mécontents en la matière sont les salariés travaillant dans un Open space de 10 à 20 personnes. Ce sont les sujets liés à la santé, en relation avec les équipements informatiques et électroniques, qui occasionnent le plus d’insatisfactions :

  • La présence d’ondes électromagnétiques (51 %).
  • La durée quotidienne du travail sur écran (47 %).
  • La décoration de leur espace de travail (43 %).
  • Le niveau sonore de l’espace de travail (40 %).
  • L’ergonomie du siège de bureau (38 %).
  • L’éclairage (31 %).

Bon à savoir

 Les nuisances sonores sont également répertoriées comme perturbatrices dans le travail. Elles sont provoquées par la conversation entre collègues (57 %), par la climatisation (51 %), par la circulation dans les espaces de travail (50 %).

La rédaction vous conseille :