Start-up : Comment travaille-t-on dans la French Tech à Paris ?

Start-up : Comment travaille-t-on dans la French Tech à Paris ?
partage(s)

Les start-up parisiennes prolifèrent. Leurs salariés « vivent » French Tech dans des bureaux dont ils sont fiers, où ils peuvent travailler en équipe mais aussi se divertir. Le bureau devient une place de village d’un quartier central de Paris, dans un immeuble à taille humaine, où ils se sentent heureux.

L’esprit start-up, la culture start-up, les afterworks des start-up…

Dans le microcosme d’affaires parisien, le mot start-up suscite l’envie et rime avec jeunesse, innovation, émulation, business…mais aussi lieu de travail moderne, dynamique, propice aux échanges mais également festif pour s’y détendre et se « recharger ». A l’occasion du 4e baromètre d’opinions Paris Workplace 2017 SFL/IFOP,  SFL, foncière leader sur le segment prime de l’immobilier tertiaire parisien, a cherché à mieux comprendre les aspirations des salariés de la French Tech et a porté un regard croisé avec l’ensemble des salariés.

Bien-être au bureau : avec 8/10, la French Tech affole les compteurs

Les salariés de la Tech évaluent leur bien-être au travail à 7,97/ 10 contre 6,50/10 pour les autres. Ils se disent également moins sujets au stress (25 % vs 38 %). Le lieu de travail contribue fortement à ce sentiment de bien-être : 88 % des salariés de la Tech se disent satisfaits de leurs bureaux vs 72 %. Il y a en même de très satisfaits avec une note de 8,8 /10. Et, phénomène qui s’amplifie, la rémunération, la fonction et les perspectives de carrières ne sont plus les seuls critères pris en compte. Désormais, le bureau est un élément important dans le choix de rejoindre une entreprise :

  • 56 % jugent que le bureau est un critère important de choix (vs 30 %).
  • 84 % pensent que les bureaux ont un impact positif sur la réputation de l’entreprise et favorisent le recrutement de nouveaux talents (vs 58 %).
  • 86 % estiment que leurs bureaux sont une source de fierté (vs 54 %).

bureaux-choix-SFL

Travailler ensemble : le plébiscite de l’open space à 99 %

La French Tech semble avoir tué les bureaux fermés. Seulement 1 % des salariés occupent un bureau individuel fermé. 66 % des dirigeants occupent un open space vs 14 % seulement des dirigeants dans la population générale. Ces salariés des entreprises Tech se plaignent souvent du bruit des open space (80 % d’entre eux) mais trouvent une compensation dans des espaces où il est possible de s’isoler et de se concentrer sans être dérangé par le bruit via des espaces « zen », des bulles pour téléphoner, des salles de silence…

  • 68 % travaillent très souvent en équipe vs 39 %. Le travail collectif est même considéré comme « principale raison de se rendre au bureau ».

bureaux-equipes-SFL

Bon à savoir

Pour travailler en équipe, faire une pause ou se retrouver de manière informelle, rien de tel que terrasse, cour, cuisine, espace de restauration, salle de jeux …

Un lieu de vie social, « tribal » mais central dans Paris QCA étendu

La croissance ultra rapide des entreprises technologiques exige de fédérer les équipes autour d’une identité et d’un projet communs. Dès lors, le bureau devient un lieu de vie sociale et de construction de l’identité collective.

  • 88 % pensent que leur société possède une culture d’entreprise (vs 58 %).
  • 82 % jugent que leur bureau est un lieu de vie où ils aiment passer du temps (vs 57 %).
  • 81 % déjeunent très souvent avec des collègues (vs 55 %).
  • 69 % font un afterwork (vs 33 %).

Les salariés de la French Tech veulent aussi travailler dans les quartiers les plus centraux de la capitale et plus particulièrement les 2, 3 et 10 è arrondissements qui s’avèrent centraux, vivants et bien desservis par les transports en commun ( 96 % vs 78 %). Mais ils apprécient particulièrement l’effet « cluster » que leur offrent les quartiers centraux et les immeubles à taille humaine du centre de Paris :

  • 89 % apprécient d’être proches de leur réseau professionnel.
  • 87 % apprécient d’être proches de leur réseau personnel.
  • 68 % préfèrent un immeuble de 3 à 10 étages( vs 48 %).

bureaux-proximite-SFL

Bon à savoir

L’enquête, portant sur 90 questions, a été réalisée d’un côté auprès de 1 755 salariés représentant la population active parisienne et de l’autre auprès de 909 salariés issus de 10 entreprises de la Tech française aussi diverses que possible en termes de maturité de développement, d’effectifs et de secteurs d’activité.