Télétravail : entre mythe et réalité

Télétravail : entre mythe et réalité
partage(s)

Le télétravail fait souvent rêver par son absence de contraintes liées au trajet, à la vie de bureau. Toutefois, ce mode de travail ne peut pas convenir à tout le monde, ni à toutes les professions.

Télétravail : 53 % des Français y sont favorables

Une étude réalisée par la Foncière des Régions sur le thème « Et si les bureaux redonnaient le goût du travail ? », analyse l’opinion des salariés sur le télétravail conçu comme unique mode de travail. Deux motivations principales sont avancées pour expliquer l’envie de ne travailler qu’à distance :

  1. La suppression des inconvénients liés au trajet tels que le temps perdu, le stress, la fatigue… (58 %).
  2. La liberté de s’organiser, le fait d'échapper à des réunions à n’en plus finir… (48 %).

Les autres raisons sont moins citées comme la disponibilité avec les proches (20 %), l’efficacité dans le travail (17 %), ne pas supporter les collègues (6 %).

Bon à savoir

Les autres pays européens sont d'autant plus friands de télétravail : 63 % des Allemands et 73 % des Italiens se déclarent en faveur du travail à la maison.

47 % émettent des réserves sur le télétravail

Si le télétravail séduit de nombreux salariés, certains semblent encore réticents à l'idée de peaufiner leur dossier chez eux : « Bien qu’accepté par une majorité de salariés, le télétravail comme unique mode d’organisation se heurte encore à des réticences et notamment à la crainte d’isolement et de rupture avec les collègues », affirme Olivier Estève, directeur général délégué de Foncière des Régions. Alors que deux facteurs motivent principalement le fait de vouloir faire du télétravail, les raisons d’opposition à ce mode de travail sont multiples et diffuses :

  • Besoin de rencontrer des collègues (50 %).
  • Sortir de chez soi pour aller au travail (31 %).
  • Ne pas se sentir à l’écart d’une équipe (28 %).
  • Ne pas être motivé pour travailler (27 %).
  • Être moins efficace (17 %).

Référence juridique

Loi du 22 mars 2012 sur le télétravail. Elle encadre cette pratique pour que le salarié en télétravail ait les mêmes droits qu'un salarié en entreprise.