28 milliards d’€ investis en France en immobilier d’entreprise sur 2016

28 milliards d’€ investis en France en immobilier d’entreprise sur 2016
partage(s)

L’investissement en immobilier d’entreprise, en France, réalise globalement une belle performance avec 28 milliards d'€ investis, avec comme actif majeur le bureau et la logistique.

L'immobilier d'entreprise connait une belle progression en France

Avec plus de 24 milliards d’€ engagés en France fin novembre, le marché de l’investissement en immobilier d’entreprise a connu une hausse de 13 % par rapport à la même époque l’an dernier et devrait atterrir à 28 milliards d’€ fin décembre selon l’étude effectuée par BNP Paribas Real Estate. La hausse ne s’est pas faite de façon linéaire. Le second semestre s’est avéré particulièrement dynamique après un début d’année atone.

Pour 2017, nous attendons un ralentissement de l’investissement lié au manque de produits Core sur le marché mais aussi à un certain attentisme dû à une croissance modérée, une augmentation des incertitudes géopolitiques paneuropéennes et la fin de la baisse des taux financiers et immobiliers ».

Laurent Boucher, président de BNP Paribas Real Estate Advisory France

Les bureaux forment un actif majeur avec 17,5 milliards d’€ investis

Le bureau reste encore le placement préféré des investisseurs en immobilier d’entreprise. Dans le neuf ou dans l’ancien, en Ile de France ou dans les régions, en petites, moyennes ou grandes surfaces, il séduit même si les déménagements et/ou les regroupements de diverses antennes se traduisent par une moindre consommation de m² liée à une meilleure organisation de l’espace.

  • Ile-de-France : 15,5 milliards d’€, un record sur 10 ans : BNPRE anticipe un volume de l’ordre de 15,5 milliards investis pour la fin de l’année, sensiblement supérieur à la moyenne sur 10 ans établie à 12,5 milliards. Les opérations de plus de 100 M représentent plus de 60 % des volumes transactés et six ont eu lieu dans le quartier de La Défense. Celles supérieures à 200 M atteignent 35 %.

  • Régions : 2 milliards d’€ sur les grandes métropoles : Lyon reste leader du marché régional avec 40 % des investissements sur le bureau dans les régions. Mais la capitale des Gaules n’a pas progressé, le taux de rendement s’affaiblissant pour osciller entre 4,5 et 5 % et pas seulement sur les produits « prime ». Dès lors, les investisseurs regardent aussi attentivement Lille, Bordeaux, Nice, Nantes… où le placement rapporte entre 5 et 6 % sur les actifs « prime ».

simi-bureau-ouestparisien
L'Ouest parisen demeure le secteur phare de l'investissement. © mat75002

Le commerce connait une baisse annuelle

En valeur annuelle, la performance baisse en commerce mais représente néanmoins 16 % du volume global investi en France. Une situation qui est notamment dûe au manque de produit disponible. Les investisseurs recherchent aujourd’hui le commerce en centre-ville ou les centres commerciaux où l’offre fait défaut. Les retail parks profitent du manque de produits dans ces deux catégories et de leur redéveloppement et ce, malgré un taux de rendement qui fluctue entre 4,50 et 4,75 % contre 6,60 % en moyenne sur les dix dernières années.

simi-commerces-villes
Le commerce de centre-ville regroupe la moitié des volumes investis. © Jonathan Stutz

Bon à savoir

Malgré une baisse annuelle, le commerce a connu sur ces 10 dernières années une  progression des plus remarquables avec 4,2 milliards d’€ en 2016, soit + 24 % au-dessus de la moyenne décennale établie à 3,4 milliards d'€.

Près de 3 milliards d’€ pour la logistique

Dans le cadre du développement de l’e-commerce et de ses besoins d’entrepôts, le secteur logistique se taille la part du lion avec plus de 71 % d’augmentation par rapport à la même période l’an dernier et malgré des taux de rendement qui se compriment à 5,70 %  contre 6,35 % voici un an. La rançon du succès qui attire néanmoins de nombreux investisseurs français !

simi-entrepots
En région parisienne comme en province, les plates-formes logistiques aiguisent l'appétit des investisseurs. © Christophe Fouquin

Bon à savoir

Les investisseurs hexagonaux représentent 77 % des montants engagés, suivis par les anglo-saxons à hauteur de 12 %, par les moyen-orientaux, les asiatiques puis les européens.