Immobilier logistique : marché en hausse dans l’agglomération lyonnaise

En 2015, le marché de l'immobilier logistique était en hausse dans la région lyonnaise. © Fotolia
partage(s)

Si 2015 fut dynamique dans le secteur de l’immobilier logistique, à Lyon, les prévisions pour 2016 s’annoncent en demi-teinte avec des stocks jugés insuffisants par les professionnels et une pression qui s'amplifie sur la demande.

382 500 m² de surfaces vendues dans la grande agglomération lyonnaise

La Fnaim Entreprises du Rhône a communiqué les chiffres pour 2015 concernant les transactions réalisées dans l’immobilier logistique. La demande a augmenté de 28 %, s’élevant à 382 500 m² de surfaces vendues dans la grande agglomération lyonnaise. Olivier Durif, représentant de la Fnaim Entreprises du Rhône, considère d'ailleurs 2015 comme « une année très dynamique ».

Nous terminons une année très dynamique sur le plan du nombre de transactions. Nous en avons, en effet, enregistré 24 contre 15 en 2014 ».

Olivier Durif, représentant de la Fnaim Entreprises du Rhône.

Le Nord-Isère concentre la plus grande partie des transactions

Au regard des derniers chiffres, le Nord-Isère reste le secteur le plus dynamique. En effet, ce territoire a enregistré, à lui seul, 8 des 10 opérations les plus importantes de l’année 2015, parmi lesquelles une transaction avec l'enseigne But portant sur une surface de 60 000 m² dans la commune de Pusignan. Au total, le Nord-Isère concentre 41 % des demandes. Par ailleurs, la plaine de l’Ain a également enregistré une transaction importante, puisque le groupe Sonepar y a fait construire 30 000 m² de bâtiment. Le secteur concentre ainsi 22 % de la demande, suivi de près par le Grand-Est lyonnais qui abrite 21 % des transactions de la région.

Seulement 260 000 m² de stocks disponibles

Le volume des transactions réalisées en 2015 tend à se rapprocher de celui de 2012. Pourtant, la composition des stocks a bel et bien changé car, sur l’année écoulée, on comptabilise une seule transaction en acquisition et une seule concernant une surface supérieure à 40 000 m². Olivier Durif regrette cette situation, précisant qu'il manque « de disponibilités immobilières ». Il indique également que les stocks sont au plus bas avec, à ce jour, seuls 260 000 m² disponibles, dont 9 % dans le neuf. Une raison suffisante pour inquiéter les professionnels du secteur. Le déséquilibre entre l’offre et la demande s’est fait ressentir en 2015, cette pression sera « encore plus flagrante en 2016 »

Cette situation de marché devrait profiter aux opérations alternatives plus lointaines, notamment au nord de Lyon et vers Valence ».

Olivier Durif

De grands projets d’acquisition prévus pour cette année

S’il place tous ses espoirs dans lancement en blanc par Aviva Investors Real Estate France de plus de 20 000 m² dans le Nord-Isère, Olivier Durif estime qu’il faut « absolument lancer de nouveaux développements pour répondre à la demande. L’offre de qualité est rare avec, notamment, plus aucune disponibilité sur la plaine de l’Ain. Sur la première couronne, les bâtiments disponibles et de qualité sont très rares et ils sont très insuffisants sur le Nord-Isère ». Il commente également l’éventuel projet de Prologis de lancer un immeuble en blanc, en admettant que « cette offre correspond véritablement à un besoin, ce sont bien évidemment des opérations que nous encourageons. »

Les indicateurs laissent malgré tout présager d’une bonne année 2016

La pression sur la demande est forte, et l’investissement était également en hausse en 2015. A cet égard, on peut souligner que 128 millions d’euros avaient été investis dans le domaine de l’immobilier logistique en 2014, or l’année suivante, les investisseurs ont dépensé 147 millions d’euros pour acquérir des bâtiments logistiques dans la région lyonnaise. Il en résulte que les taux prime continuent de baisser, ayant atteint 6,5 %. La Fnaim conclut d’ailleurs qu’en « immobilier tertiaire comme en logistique, tous les indicateurs sont au vert et laissent présager une nouvelle bonne année. Finalement, seule la rareté des biens mis sur le marché pourrait impacter et relativiser les niveaux d’investissements attendus ».

Les points clés à retenir

  • La demande de bâtiments dans l’immobilier logistique a augmenté de 28 % en 2015.
  • 15 transactions avaient été enregistrées en 2014, et 24 ont été effectuées en 2015.
  • On compte actuellement seulement 260 000 m² de stocks dans l’immobilier logistique.

La rédaction vous conseille :