L’immobilier de bureaux, toujours une valeur sûre pour les institutionnels

Depuis quelques années, l'immobilier de bureaux attire de plus en plus d'investisseurs.  © Fotolia
partage(s)

Même dans un contexte d’érosion de la rentabilité des biens de qualité, l’immobilier garde une belle cote, surtout du côté des bureaux.

Les institutionnels renforcent leur investissement

Ces quatre dernières années, les institutionnels n’ont cessé de renforcer leur position en matière d’investissement, assure le quotidien Les Echos. « Au niveau mondial, la part des actifs sous gestion investis dans l'immobilier est ainsi passée de 6,7 % en 2011 à 8,5 % en 2015, indique le cabinet Preqin dans les colonnes du quotidien économique. Depuis 2013, à l’échelle mondiale, les fonds d’investissement dédiés à l’immobilier frisent les 100 milliards de dollars de fonds levés. Avec un bémol, pointé par Les Echos : « Nos adhérents nous font régulièrement part de leur volonté d'augmenter leur exposition, mais la part de l'immobilier dans les portefeuilles des institutionnels français reste plus basse qu'ailleurs », constate Philippe Haudeville, secrétaire général de l'association française des investisseurs institutionnels (Af2i).

Les rendements pour l'immobilier de bureaux pas si rentables mais...

Les fonds de pension ou les compagnies d’assurance raffolent de l’immobilier tertiaire, plus connu sous l’appellation immobilier de bureaux. « Les rendements immobiliers ont certes baissé, en particulier sur le marché prime [typiquement le marché de bureaux parisien devenu très cher, NDLR] où ils sont descendus autour de 3,5 %, mais avec un rendement de l’OAT à 10 ans autour de 0,5-0,6 %, le différentiel est toujours appréciable », constate Paul Joubert, chez Invesco.

Chiffre clés

Au niveau mondial, la part des actifs sous gestion investie dans l'immobilier est de 8,5 % en 2015.

La rédaction vous conseille :