La Défense renoue avec les grandes transactions immobilières

La Défense retrouve un véritable atttrait auprès des utilisateurs et des investisseurs. © Fotolia
partage(s)

Avec 175 000 m² placés au premier semestre 2016, La Défense dépasse les volumes traités en 2015 et atteint la moyenne annuelle locative de la dernière décennie. Une performance qui rejaillit sur l’investissement.

Une année 2016 d'ores et déjà meilleure que 2015

Après une année 2015 en recul tant en location qu’en investissement, La Défense renoue avec les grandes transactions et confirme son rôle de quartier d’affaires avec notamment :

  • 1,1 million de m² placés en Île-de-France au premier semestre (+20 %).
  • Des mesures d’accompagnement qui s’élèvent à 21 % en moyenne.
  • 6,4 milliards d’€ investis en Île-de-France au premier semestre (+11 %).

Des grandes transactions à La Défense qui dopent le marché

Dans une étude, BNP Paribas Real Estate note un retournement complet du marché de bureaux de La Défense. En 6 mois, les volumes placés sont déjà équivalents à ceux traités l’an dernier. Avec 175 000 m² demandés, les volumes ont plus que triplé, notamment grâce à huit importantes transactions, contre trois l’an dernier à période comparable, dont deux portant sur plus de 20 000 m² : Saint-Gobain dans M2 (49 000 m²) et Deloitte dans Majunga (30 500 m²).

Bon à savoir

Les récentes transactions permettent de faire baisser le taux de vacance à 8 %.

Une confiance retrouvée chez les investisseurs

Avec un milliard d’€ investis au cours des six premiers mois de 2016 à travers cinq opérations, La Défense séduit à nouveau les investisseurs à la recherche de produits neufs répondant aux dernières normes environnementales et installés près des moyens de transports.

Ces chiffres confirment la position de marché de référence de La Défense, solution attractive en matière d’environnement et de qualité des infrastructures, complémentaire du traditionnel quartier central des affaires. Nous entendons poursuivre la stratégie adoptée pour séduire aussi des entreprises de formats plus modestes afin d’élargir le profil des utilisateurs ».

Hugues Parant, directeur général de l’Etablissement public d’aménagement.