Marché locatif de bureaux en Île-de-France : forte demande au 1er semestre 2016

La Défense reprend des couleurs grâce à deux grosses transactions signées au premier trimestre. © Fotolia
partage(s)

En Île-de-France, le marché des bureaux affiche une bonne santé en matière de demande placée au premier semestre et laisse augurer d’une bonne année 2016.

20 % de la demande locative de plus qu'en 2015

Immostat vient de livrer les chiffres de l’année 2016 pour la demande locative en Île-de-France :

  • 1,140 millions de m² placés, + 20 % par rapport à la même époque en 2015 et dans la moyenne décennale.
  • 380 000 m² placés en surfaces supérieures à 5 000 m², + 43 % par rapport à 2015.
  • 7,1 % de taux de vacance contre 7,6 % en 2015.

Bon à savoir

Le taux de vacance se réduit globalement se positionnant à 7,1 % contre 7,6 % auparavant. Là encore, des disparités avec 3,9 % de taux de vacance dans Paris, 8,3 % à La Défense, 9,6 % en 1re couronne.

Une reprise inégale du marché de bureaux en Île-de-France

Si le chiffre global de la demande placée est satisfaisant, il faut rappeler qu’au premier semestre 2015,  la demande était faible. Il convient donc de relativiser la performance de 20 %. Et tous les territoires de la région Île-de-France ne profitent pas de cette embellie :

  • + 25 % dans Paris intramuros.
  • +  215 % à La Défense avec deux mega deals : 49 000 m² pris à bail par Saint-Gobain dans le M2 et 30 500 m² pris par Deloitte dans Majunga.
  • + 1 % dans l’Ouest parisien.
  • - 17 % en 1re et 2e couronnes.

Quid d’ici la fin de l’année 2016 ?

L’encours de signature en grandes surfaces laisse prévoir un bon second semestre avec un volume approchant les 2,4 millions de m² contre 2,2 millions l’an dernier.

Les valeurs locatives devraient peu évoluer ou s’ajuster à la hausse ou à la baisse selon le niveau de l’offre. Les mesures d’accompagnement restent soutenues, de l’ordre de 21 %. Les taux de rendement prime ont peu évolué et devraient même diminuer, entrainés par l’orientation baissière des taux financiers et de l’amélioration des marchés utilisateurs ».

Richard Malle, directeur Research France BNP Paribas Real Estate

La rédaction vous conseille :