Nancy : les loyers de bureaux en baisse malgré le dynamisme du marché

Nancy : les loyers de bureaux en baisse malgré le dynamisme du marché
partage(s)

Avec 41 850 m² loués en 2014, le marché immobilier de bureaux nancéien réalise une belle performance. Le développement de l’offre neuve dans deux secteurs en restructuration devrait permettre de continuer sur cette lancée.

Malgré un marché étroit, Nancy a fait preuve d’un réel dynamisme avec une demande placée de 41 850 m², représentant une hausse de 40 % par rapport à l’année précédente.

Les sites les plus porteurs de Nancy

La demande s’est positionnée à la fois sur le centre-ville et sur deux grands sites en cours ou en projet de restructuration.

  • Nancy-Centre 

Les transactions les plus importantes ont été réalisées sur ce secteur et ont représenté 26 % de la demande placée

La bonne performance s’explique par la mise en place de programmes neufs recherchés par des utilisateurs voulant des immeubles fonctionnels et non énergivores mais aussi par la bonne tenue du marché secondaire en progression de 27 % ».

Nancy Spann, directeur de BNP Paribas Real Estate Transaction à Nancy

  • Rives de Meurthe

Ce quartier mixte affaires/logements  jouxtant la place Stanislas et redessiné par l’architecte-urbaniste Alexandre Chemetoff est en restructuration depuis de nombreuses années. Le programme Skyline de Vinci Immobilier, déjà pré-commercialisé  sur les 2 000 m² de sa seconde tranche, témoigne de la vitalité du secteur qui a représenté 16 % de la demande annuelle.

  • Nancy Grand Cœur

Sur d’anciennes friches ferroviaires, à deux pas de la gare TGV, se lancent les premiers coups de pioche de Nancy Grand Cœur, également quartier alliant bureaux, commerces et logements, sous la houlette de l’architecte-urbaniste Jean Marie Duthilleul. A la clé, 50 000 m² de bureaux avec quelques livraisons prévues pour 2017. La Foncière des Régions y développe « l’Origine » sur 6 300 m².

Des loyers de bureaux globalement à la baisse

Les loyers varient selon l’emplacement et la nature du bien. Mais dans l’ensemble, ils sont orientés à la baisse :

  • 180 €/m²/an dans le « prime » neuf en périphérie.
  • 145 €/m²/an dans le neuf classique en périphérie.
  • 101 €/m²/an dans l’ancien en périphérie.
  • 140 €/m²/an dans le neuf en centre ville.
  • 115 €/m²/an dans l’ancien en centre ville.

Bon à savoir

 L’absence d’offre neuve en bureaux de qualité en 2014 n’a pas permis d’attirer les investisseurs institutionnels. La mise sur le marché de programmes neufs cette année devrait renverser la vapeur.