Près de 1,8 M de m² de bureaux placés pour les neuf premiers mois 2017

Près de 1,8 M de m² de bureaux placés pour les neuf premiers mois 2017
partage(s)

Bonne nouvelle pour le marché des bureaux franciliens qui progresse de 2 % et frôle les 1,8 million de m² commercialisés de janvier à septembre, dopé par une activité estivale portant sur des surfaces de plus de 5 000 m² sur des sites phares hors de Paris.

Sursaut estival du marché des grandes surfaces de bureaux

Après un deuxième trimestre un peu décevant à 518 400 m², le marché s’est repris au troisième trimestre enregistrant un rebond avec près de 580 000 m² commercialisés, en ligne avec sa moyenne décennale. Cette bonne dynamique s’explique par des signatures sur des surfaces supérieures à 5 000 m² : une vingtaine de transactions ont eu lieu au troisième trimestre contre 10 seulement au précédent. Au total, depuis le début de l’année, on compte 50 mouvements de ce gabarit représentant 723 000 m², soit 41% du volume total et une progression de 13 % d’une année sur l’autre.

Regain d’activité des marchés phares hors Paris intramuros

L’embellie estivale s’est accompagnée de mouvements en dehors de la capitale. Elle aura principalement bénéficié au Croissant Ouest avec 509 400 m² transactés pendant les trois trimestres, un chiffre supérieur à celui de l’année 2016 pour ce secteur. La première couronne affiche aussi une belle hausse : 57 % par rapport à l’an dernier soit 263 000 m². Paris affiche un baisse de 7 % à 724 000 m² due à une offre immédiate au plus bas avec un taux de vacance de 3% freinant l’activité du marché. Cependant souligne l’étude Cushman & Wakefield, « le maintien de la demande placée à Paris QCA à 315 000 m² fait figure de tour de force et confirme le poids de la centralité et de l’insertion urbaine dans les arbitrages immobiliers des entreprises ».

Un taux de vacance stable cachant une segmentation marquée des marchés

Après une baisse en 2015 et 2016, le taux de vacance affiche des signes de stabilisation en 2017 à 6,7 %. En situation de sous-offre, Paris QCA enregistre un taux de disponibilité au plus bas depuis 15 ans à 2,9 % alors que la Défense reste proche de son niveau d’équilibre, à 8,2 %.Ailleurs, la stabilité des surfaces vacantes cache une segmentation de plus en plus marquée selon les micro-marchés analysés : en repli en Boucle Sud (8,3 %) et à Neuilly/Levallois (8,5 %) mais en progression en Boucle Nord (15,3 %) et en Péri-Défense (16, 6 %).

Au cours des prochains trimestres, les taux de vacance devraient enregistrer des  tensions haussières, en particulier dans Paris et dans le Croissant Ouest. Mais les permis de construire et les intentions de lancement en blanc se réduisent déjà très fortement, confirmant une production maîtrisée à moyen terme ».

Richard Malle, directeur Research de BNP Paribas Real Estate