Présidentielle 2017 : Quel impact sur l’immobilier de bureaux ?

Les retombées de l'élection présidentielle divergent selon les candidats. © JoseAlfonso
partage(s)

Les programmes économiques et politiques des candidats à la présidentielle vont impacter directement l'immobilier d’entreprise. Retrouvez les programmes des trois principaux protagonistes et leurs retombées sur le marché des bureaux et de l’investissement.

Macron, Le Pen, Fillon, leur programme pour l'immobilier de bureaux

L’immobilier tertiaire reflète le pouls de l’économie, étant corrélé à sa bonne ou mauvaise santé. A la veille de l’élection présidentielle, le conseil en immobilier d’entreprise Cushman & Wakefield analyse les programmes des trois candidats en tête des sondages. Si la relance de l’économie est au cœur des programmes, elle emprunte des voies différentes :

  • Emmanuel Macron : « soutenir l’investissement privé et simplifier la vie des entrepreneurs »
  • Marine Le Pen : « fixer l’innovation en France et instaurer un vrai patriotisme économique »
  • François Fillon : « conquérir les marchés internationaux en rationalisant les dispositifs d’accompagnement des entrepreneurs à l’export »

+0,5 % de croissance à -0,6 % du PIB selon les candidats à la présidentielle

Sur la base des éléments contenus dans les programmes, les prévisionnistes ont déjà fourni une projection de la croissance du produit Intérieur Brut (PIB) d’ici cinq ans, en 2022. Selon Oxford Economics :

  • +0,5 % de croissance du PIB pour Emmanuel Macron, intégrant au cours du quinquennat un plan d’investissement de 50 Md d’€.
  • -0,5 % de croissance du PIB pour François Fillon, son programme étant basé sur un assainissement de la dette publique via des coupes budgétaires.
  • -0,6 % de croissance du PIB pour Marine Le Pen en raison d’une politique protectionniste.
croissance PIB
Croissance ou perte du PIB selon les trois principaux candidats. © Cushman & Wakefield

Quelles retombées sur la demande placée des bureaux en Île-de-France ?

Les politiques visant à attirer de nouvelles entreprises en France, à simplifier les démarches administratives ou à favoriser le développement des start-up profiteraient au marché et permettraient d’absorber l’offre disponible tout en favorisant de nouvelles mises en chantier. Mais, selon les candidats, son application diffère :

  • Baisse de l’impôt sur les sociétés de 33,3 % à 25 % pour améliorer la compétitivité des entreprises et tendre vers le taux moyen de l’Union européenne  pour Emmanuel Macron et François Fillon
  • Simplification de la vie des entreprises et notamment des start-up pour Emmanuel Macron, ce qui peut générer une demande de petites surfaces, d’espaces de coworking
  • Abaissement des charges sociales, recentrage du crédit d’impôt recherche (CIR) vers les PME et les start-up, libération de l’accès au crédit pour les petites et très petites entreprises pour Marine Le Pen, ce qui peut là aussi dynamiser la demande en petites et moyennes surfaces.
demande placée IDF
Près de 2,5 millions de m² ont été placés en Île-de-France en 2016. © Bluesky6867

Le volume des investissements en immobilier d’entreprise devrait restait haut

Jusqu’alors, le résultat aux élections présidentielles n’a eu que peu d’impact sur le volume des investissements en immobilier d’entreprise en France. Les liquidités restent manifestement plus importantes que les produits disponibles à l’acquisition. Les investisseurs français, même en cas de victoire de Marine le Pen ne devraient pas déserter le marché. En revanche, pour les investisseurs étrangers dont le terrain de jeux est mondial, la politique protectionniste de la candidate du Front National entrainerait probablement une révision de leurs objectifs d’allocation en immobilier d’entreprise. A l’inverse, le renforcement de la gouvernance de la zone euro prôné par François Fillon pourrait aiguiser l’appétit des investisseurs non européens, notamment ceux d’Amérique du Nord.

investissements-etrangers
La part des investissements étrangers, en France, sur 9 ans. © Cushman & Wakefield