Record de la demande placée en 2016 pour les bureaux en Île-de-France

Le 7e arrondissement Rive Gauche et le pôle d'affaires de La Défense attirent les entreprises. © mariana-designer
partage(s)

Avec 2,4 M de m² placés en 2016, le marché des bureaux, en Île-de-France, affiche une progression de 7 % par rapport à l’an passé mais surtout dépasse sa moyenne décennale qui n’avait pas été franchie depuis 2012.

Des investissements frôlant les 20 Md€ pour l'immobilier de bureaux

Selon Immostat, l’immobilier de bureaux a attiré 19,6 Md€ en Île-de-France, soit une régression de 4 % par rapport à l’année précédente, mais cela, malgré une baisse de 19 % au dernier trimestre 2016. Dans tous les cas, l’honneur est sauf puisque, selon Virginie Houzé, directrice Etudes et recherche chez JLL, ce score s’inscrit « dans les trois plus hauts historiques, après 2007 et 2015 ». Une bonne année 2016 due à quelques grandes transactions dans Paris intramuros avec notamment, place Vendôme, la vente de l’immeuble Vendôme Saint-Honoré à un fonds de pension norvégien pour 1 Md€ ou la Tour First à La Défense, pour 800 M€.

placevendôme-bureaux
La place Vendôme, plébiscitée par les fonds français et étrangers. © NL Photos

Bon à savoir

Compte tenu des nouvelles offres de bureaux en cours de construction s’élevant à 1,1 M de m², soit + 38 % en un an,  la baisse des taux de vacance devrait s’atténuer.

Des indicateurs records pour la demande placée des bureaux

Malgré quelques disparités, plusieurs composantes du marché reflètent la bonne tenue de la demande placée :

  • 2 410 000 m² placés : + 7 % par rapport à 2015 et mieux que la moyenne décennale à 2 280 000 m².
  • Un rebondissement des grandes surfaces supérieures à 5 000 m² avec 900 000 m².
  • Une stabilité des petites et moyennes transactions avec 1,5 M de m².
  • 6,7 % de taux de vacance contre 7,4 % en un an et seulement 3,3 % dans Paris.
  • Stabilité des loyers sauf dans le quartier central des affaires.

Sous des bons résultats d’ensemble, les disparités géographiques restent prépondérantes, affichant en particulier une proportion historiquement élevée des transactions dans Paris à 46 % ainsi qu’un niveau record à La Défense avec 275 000 m² placés, soit une progression de 93 % ».

Guillaume Delattre, vice-président  BNP Paribas Real Estate Advisory France