Régions : stabilité de la demande mais prime aux bureaux de première main

Régions : stabilité de la demande mais prime aux bureaux de première main
partage(s)

La demande placée en bureaux dans les grandes métropoles, au premier semestre, affiche une stabilité dans un marché peu homogène, avec un peu partout une prime au neuf. 

Même s’il est nettement inférieur à celui de l’Île-de-France, moins de la moitié à l’échelle d’une année, le marché régional des bureaux  reste un marché à part entière. Il donne une vraie valeur marchande aux métropoles qui attirent des sièges sociaux de grandes entreprises, induisant des mutations professionnelles... CBRE, conseil en immobilier d’entreprises, a livré les points essentiels de ces marchés.

Chiffre clés

  • 470 000 m² placés au 1er semestre, + 0,2 % en un an mais de 2 % inférieurs à la moyenne des 5 dernières années à date comparable.
  • 45 % de ces bureaux loués sont neufs ou restructurés.
  • 45 % des bureaux loués neufs ou restructurés.
  • 8 transactions > 5 000 m² dont 3 à Toulouse.

Une forte demande de bureaux neufs ou restructurés

Les signatures de comptes-propres ou de clés-en-main ont été bénéfiques à la reprise de certains marchés régionaux tels Rennes, Lille ou Aix/Marseille. Dans certaines villes comme Bordeaux ou Montpellier, la part des comptes-propres a représenté plus de 44 % des bureaux loués. Ces bâtiments neufs ou restructurés profitent aux grandes transactions :

  • 84 000 m², soit 18% de la demande totale, ont été placés au travers de 8 transactions > 5 000 m².
  • Toulouse se distingue par trois transactions >10 000 m².

L’attrait des utilisateurs pour des bureaux neufs se confirme puisque 45 % de la demande placée au cours du premier semestre se sont orientés vers des surfaces neuves ou restructurées ».

Stanislas Leborgne, directeur du développement Régions chez CBRE

Le stock de bureaux anciens progresse partout en région

Au premier semestre 2015, le stock de bureaux disponibles dans les dix métropoles régionales s’élève à 1,773 millions de m² et est constitué pour l’essentiel de bureaux de seconde main. Il s’accroît de 2 % par rapport à l’an dernier. Les métropoles de Lyon, Lille, Tolouse, Aix/Marseille disposent de plus de 200 000 m² de bureaux disponibles chacune, soit plus de la moitié du stock total.

immobilier d'entreprise : les loyers en baisse

Un peu partout, sauf emplacement privilégié, les loyers baissent. Pas forcément facialement mais ils sont entourés de franchise de loyer dans le neuf, de participation aux travaux dans l’ancien. Ce qui représente environ 2 mois de franchise par année ferme d’engagement.

  • 169 € /m²/an dans le neuf  ou le restructuré avec une fourchette  allant de 200 € à Strasbourg, à près de 300 € à Marseille, en passant par 220 € à Lille.
  • 136 €/m²/an dans l’ancien.

Immobilier de bureaux : stabilité de la demande en région

Bon à savoir

Selon l’étude menée par CBRE, l’investissement dans les régions est au plus bas depuis 2010 avec 300 millions d’euros engagés au premier semestre 2015. La faible lisibilité à l’international, de ces marchés régionaux, et le déficit d’offres « prime » ,notamment en neuf pour des actifs de qualité et sécurisés, les  pénalisent.

La rédaction vous conseille :