Quels quartiers préfèrent les salariés londoniens ?

Quels quartiers préfèrent les salariés londoniens ?
partage(s)

Cosmopolite et innovante, Londres attire les salariés et plus spécifiquement les quartiers historiques victoriens que sont Westminster et Kensington-Chelsea. Des quartiers mixtes contrairement à la City reléguée en troisième position. Le Brexit ne devrait guère modifier ce classement.

La réputation mondiale de Londres n’est plus à faire. Ville cosmopolite et bouillonnante, place financière incontournable, la capitale du Royaume-Uni compte de nombreux sièges sociaux et des bureaux récents ou très modernes contrairement à Paris où le parc haussmannien est prépondérant. Les Anglais n’ont pas les mêmes contraintes règlementaires qu’à Paris : ils peuvent démolir et construire plus vite. Pour autant, les salariés ne veulent pas travailler n’importe où.

Bon à savoir

 Le Sud côté Fulham et l’Est côté Stradford, où l’on construit des quartiers entiers de bureaux et de logements, sont de plus en plus appréciés.

Les quartiers historiques londoniens plébiscités

Très attachés à la royauté, les Londoniens ont une préférence pour travailler dans les quartiers victoriens de Westminster et Kensington-Chelsea. Des quartiers où les logements, à prix faramineux, les commerces, les parcs de verdure côtoient les bureaux. Selon le baromètre Paris Workplace SFL/Ifop, trois secteurs sont très appréciés :

  • Westminster et ses alentours.
  • Kensington et ses avenues chics près de Hyde Park et Chelsea côté Sloane Square.
  • La City, malgré sa renommée internationale, arrive en troisième position, jugée trop « monoproduit ».

Les clés du succès de la ville de Londres

Comme les Parisiens, les Londoniens apprécient de travailler dans des quartiers qui réunissent quatre éléments :

  1. La centralité, avec un hub de transports d’autant plus important qu’habiter Londres est un vrai luxe compte tenu des prix.
  2. Les commodités en offre de commerces, de restauration, de services.
  3. La sécurité : Westminster remporte 95 % de satisfaction.
  4. La qualité architecturale et le cadre de vie, notamment la présence d’espaces verts côté Kensington.

Bon à savoir

17 % des salariés londoniens se déclarent prêts à venir travailler à Paris malgré un contexte économique morose et des salaires inférieurs. Un chiffre sensiblement identique à celui des Français désireux de franchir la Manche mais qui pourrait gonfler en raison du Brexit.

La rédaction vous conseille :