Immobilier d'entreprise : bonne tenue de l'investissement au premier semestre

La qualité du parc ancien dans le QCA attire les investisseurs français et étrangers. ©Fotolia
partage(s)

L’immobilier d’entreprise, notamment les bureaux qui représentent près de 60 % des actifs acquis, continue de séduire les investisseurs. Les Français restent les premiers investisseurs, suivis par les fonds nord-américains.

La France reste une destination prisée et privilégiée pour les investisseurs. Actifs de qualité et stabilité politique expliquent l’intérêt des placements français ou des fonds étrangers.

Un bon semestre malgré un second trimestre décevant

Alors que le premier trimestre avait commencé sur les chapeaux de roue avec quelques belles transactions finalisées pour aboutir à 5,7 milliards, le second trimestre s’est avéré en retrait avec seulement  2,4 milliards d’euros collectés. Les méga-deals ont fait défaut, la seule transaction importante ayant été celle des « Tours Pascal » à La Défense pour 190 millions d’euros. Toutefois, un certain nombre d’opérations sont en phase finale de closing.

Chiffre clés

8 milliards d’euros pour l’immobilier d’entreprises dont 4,7 milliards ont été investis en bureaux, soit la seconde meilleure année depuis 2007.

Des investisseurs français, nord-américains et chinois

Les fondamentaux comme les liquidités importantes et la collecte élevée des SCPI/OCPI, présidant à la robustesse de l’investissement, restent présents. Ces fondamentaux ont concouru à faire passer le taux de rendement de Paris QCA à 3,50 % tout en conservant une prime de risque immobilière attractive.

« La compétition entre investisseurs s’intensifie pour les meilleurs actifs alors que les liquidités abondent sur le compartiment immobilier. Les opérateurs français sont plus que jamais au coude à coude avec les fonds d’investissement nord-américains mais aussi les capitaux venus d’Asie Pacifique et de Chine plus particulièrement, ce qui risque d’aboutir à une nouvelle compression des taux de rendement prime ». Magali Marton, directrice des Etudes pour la zone EMEA de DTZ.

La rédaction vous conseille :