Les transactions de plus de 5 000 m² en net repli en Île-de-France

Les arrondissements Sud de Paris comme le XVe, résistent mieux à la crise. © Fotolia
partage(s)

Les mouvements réduits des déplacements d’entreprises et leur taille moyenne ont fait plonger les transactions, en Île-de-France, au premier semestre. Les arrondissements Sud de Paris et le Croissant Ouest ont cependant mieux résisté.

Dans un contexte de marché chahuté, les transactions de bureaux de plus de 5 000 m², en Île-de-France, ont sérieusement régressé. Elles signent leurs plus mauvaises performances depuis 10 ans.

Chiffres clés

  • 253 000 m² commercialisés, soit -52 % par rapport au 1er semestre 2014.
  • 21 transactions.

Recherche des surfaces de seconde main dans Paris et le Croissant Ouest

La logique de ces mouvements demeure liée à une rationalisation des coûts immobiliers avec des regroupements mais aussi une plus grande mobilité des entreprises. Depuis 18 mois, les mouvements endogènes sont orientés à la baisse passant de 74 % en 2013 à moins de 50 % au premier semestre 2015. Cette nouvelle configuration de marché a essentiellement bénéficié aux arrondissements Sud de la capitale ainsi qu’au Croissant Ouest qui retrouve son attractivité auprès des entreprises implantées dans Paris.

Les entreprises ont massivement privilégié les solutions immobilières parisiennes qui représentent 45 % du volume total et se sont également portées sur des immeubles de seconde main, à hauteur de 40 % alors même que la précommercialisation des surfaces neuves marquent le pas ».

Marc-Henry Bladier, directeur général de DTZ

La rédaction vous conseille :