Marché locatif d'Île-de-France : Paris s’impose, la périphérie faiblit

Marché locatif d'Île-de-France : Paris s’impose, la périphérie faiblit

Dans un marché francilien globalement en recul au premier trimestre 2015, Paris résiste et progresse même alors que le Croissant Ouest et les couronnes Nord et Est fléchissent vertigineusement. Zoom sur le marché immobilier locatif d'entreprise.

L’année 2014 avait fini en beauté avec un dernier trimestre particulièrement actif et tout laissait à penser que la tendance allait perdurer. Les résultats du premier trimestre démontrent le contraire. Pour autant, comme le prouve la toute dernière analyse de Knight Frank, toute la région francilienne n’est pas logée à la même enseigne.

Paris porte le marché immobilier d'entreprise

Avec 196 800 m² loués, la capitale est l’élément moteur de la région. Plusieurs facteurs expliquent la bonne santé du marché parisien :

  • La  performance des transactions des petites surfaces < 1 000 m² qui progresse de 27 % dans le quartier central des affaires (QCA).
  • Le rythme de croisière des grandes transactions dans le QCA avec trois locataires totalisant 29 000 m².
  • La bonne tenue des 5, 6 et 7e arrondissements de la rive gauche et des 18, 19 et 20e arrondissements.

Le marché parisien  bénéficie du tropisme des utilisateurs pour les emplacements les plus centraux qui constituent de réels atouts commerciaux et de ressources humaines. La stabilité des loyers est un levier supplémentaire ».

Cyril Robert, directeur d'études et de recherches Knight Frank

La périphérie souffre du manque de grandes transactions

Si les petites et moyennes surfaces sont le cœur de cible du marché de Paris intramuros, les grandes et très grandes surfaces sont le moteur habituel du Croissant Ouest et de la Première Couronne. Or, le segment des surfaces de 5 000 à 20 000 m² a chuté de 10 % et celui des surfaces de plus de 20 000 m² est totalement absent. Pour Knight Frank, comme pour les autres conseils en immobilier d’entreprise, ce retrait des grands utilisateurs tient au fait qu’il faut du temps avant de générer et de conclure une recherche immobilière de cette importance.

Des mesures d’accompagnement renforcées

Si les loyers restent facialement stables, à 750 €/m²/an dans le QCA et à 540 €/m²/an hors QCA pour des valeurs « prime », les mesures d’accompagnement sont importantes démarrant à 10 ou 15 % sur le QCA pour atteindre parfois 25 % en dehors de Paris.

Chiffres clés

  • 196 800 m² placés dans Paris représentant 52 % de la demande en IDF, en progression de 15 % par rapport au premier trimestre 2014.
  • 18 900 m² placés à la Défense représentant 5 % de la demande en IDF, en progression de 26 % par rapport à période comparable en 2014.
  • 74 500 m² loués dans le Croissant Ouest représentant 20 % de la demande en IDF en recul de 39 % par rapport au premier trimestre 2014.
  • 33 400 m² placés en première couronne représentant  9 % de la demande en IDF, en recul de 65 % par rapport au premier trimestre 2014.
  • 53 800 m² loués en seconde couronne représentant 14 % de la demande placée en IDF, en recul de 46 % par rapport au premier trimestre 2014.​